a flor

_____

rénovation 
d'appartement

maîtrise
d'oeuvre
complète

2013-2015

paris 17
39,5 m2

_____ 

pedro gonçalves
architecte


adelino pires
constructeur

antonio coelho
métallier

 

pedro caleijo
plâtrier





_
__
___


La demande consistait à adapter l'habitat existant au mode de vie d'un nouvel occupant.
L'ensemble du processus de conception décline d'un dialogue continu avec l'habitant afin d'interpréter, représenter son imaginaire et construire un projet qui reflète son récit, son caractère.
La disposition initiale de l'habitat, sa faible luminosité, ses contraintes techniques, la conversation approfondie avec l'habitant ont défini les orientations conceptuelles et formelles du projet.
De ce dialogue résulte l'évolution de l'habitat, en soi, vers une distribution fluide, organique des espaces qui révèle une expérience corporelle renouvelée en conciliant ouverture et intimité à travers la flexibilité des éléments séparatifs, qui par la variabilité de leurs articulations, définissent, alternent et rythment, au gré des usages, les limites, visuelles, physiques, des différents espaces de vie.
Ces éléments métalliques s'animent et dictent les limites de l'intime, ils lient et délimitent les espaces entre eux. Leurs formes mimétiques, naturelles, sont à la fois structurelles et fonctionnelles, ces composants sont intrinsèques à l'habitat, ils permettent l'éveil d'une perception renouvelée de l'environnement domestique.
En suivant l'art de la concinnitas, les formes dessinées de l'habitat, celles de ses membres articulés, ses assemblages, leurs compositions mesurées, sont empreintes d'une musicalité qui ouvre à une appréhension de renouveau dans la perception de l’espace. En soi, ce dessin tente de mettre en lumière l'expérience d'autres alternatives de transformation du corps édifié.
Le projet porte le regard sur les possibilités auxquelles aspire le renouveau d'un dialogue entre forma et constructio.


_
__
___








_
__
___




















































 _
__
___


_____

©  crédit photo
pedro gonçalves